News

Le PEV pour la protection du climat, maintenant ! grâce à une loi percutante sur le CO2

Le Conseil natio­nal a adopté hier le projet pour la nou­velle loi sur le CO2. Les conseillers du PEV ont voté de manière conséquente pour des objec­tifs éle­vés mais réa­li­sables ainsi qu'en faveur de mesures strictes pour une pro­tec­tion cli­ma­tique effi­cace, comme une taxe sur les billets d'avion et une com­pen­sa­tion plus éle­vée pour le car­bu­rant.

Après que le Conseil natio­nal a voté hier, mardi, à une nette majo­rité en faveur de la révi­sion de la loi sur le CO2, lais­sant l’UDC seule à s’y oppo­ser, il a, au cours des débats, confirmé les objec­tifs cli­ma­tiques devant res­pec­ter les obli­ga­tions de l’accord de Paris sur le cli­mat : la Suisse doit, d’ici 2030, réduire de moi­tié ses émis­sions de gaz à effet de serre par rap­port à 1990. Les motions mino­ri­taires sou­te­nues par le PEV en faveur d’une réduc­tion encore plus impor­tantes sont res­tées sans suc­cès. Tou­te­fois, les pro­po­si­tions d’objectifs moins impor­tants n’ont pas trouvé de majo­rité non plus.

Objec­tif natio­nal élevé

Néan­moins, le Conseil s’est exprimé, avec les voix du PEV, pour un objec­tif natio­nal plus ambi­tieux que celui pro­posé par le Conseil fédé­ral et le Conseil des Etats. Au moins 75% des réduc­tions d’émissions doivent ainsi être atteints au sein de la Suisse. « Un objec­tif natio­nal aussi élevé que pos­sible contri­bue à ce que, en Suisse, nous inves­tis­sions à l’avenir moins dans l’infrastructure des éner­gies fos­siles. Ainsi, à moyen et long terme, nous créons une Suisse moins dépen­dantes des impor­ta­tions mas­sives d’énergies fos­siles », a argu­menté la Conseillère natio­nale Marianne Streiff, BE, en faveur d’objectifs plus éle­vés en Suisse.

Taxe sur les billets d’avion

Une taxe sur les billets d’avion, entre 30 et 120 francs selon la dis­tance et la classe, a obtenu une nette majo­rité au sein du Conseil natio­nal, par 132 voix contre 56, après que le Conseil des Etats l’a éga­le­ment approu­vée. « Il s’agit d’une taxe d’incitation : est récom­pensé celui qui ne prend pas ou peu l’avion ; paie plus, celui qui prend sou­vent l’avion. Une bonne moi­tié des reve­nus est fina­le­ment res­ti­tuée à la popu­la­tion », a sou­li­gné le Conseiller natio­nal Nik Gug­ger, ZH, jus­ti­fiant le sou­tien de la délé­ga­tion du PEV. Les recettes esti­mées à un demi-milliard, au mini­mum, par année peuvent être inves­ties dans les éner­gies renou­ve­lables.

Taxe sur le CO2

Le Conseil fédé­ral peut, confor­mé­ment à la volonté de la majo­rité du Conseil natio­nal, fixer la taxe sur les com­bus­tibles fos­siles de 96 à 210 francs par tonne de CO2. « La taxe sur le CO2 a prouvé être une vraie taxe d’incitation. Elle contri­bue à la réa­lité des coûts et encou­rage les solu­tions pro­dui­sant moins de CO2. Elle est socia­le­ment accep­table, dans la mesure où les deux tiers des recettes retournent à la popu­la­tion et à l’économie. Et près d’un tiers est investi dans des projets de pro­tec­tion du cli­mat dans le sec­teur de la construc­tion », a com­menté la Conseillère natio­nale Lilian Stu­der, AG.

Taxe sur le prix de l’essence au pro­fit de la pro­tec­tion du cli­mat

Avec les votes du PEV, la majo­rité du Conseil natio­nal a suivi le Conseil des Etats et a adopté des mesures visant à com­pen­ser plus for­te­ment les impor­ta­tions de car­bu­rants. Par consé­quent, le prix de l’essence peut à l’avenir être aug­menté de maxi­mum 12 cen­times. « Nous, le PEV, sou­te­nons la loi sur le CO2, adop­tée par le Conseil natio­nal. Nous sommes recon­nais­sants que le blo­cage de 2018 ait pu être résolu » a résumé la Pré­si­dente de parti Marianne Streiff.

 Contact :

Marianne Streiff, Pré­si­dente de parti et Conseillère natio­nale : 079 664 74 57
Lilian Stu­der, Conseillère natio­nale :  076 575 24 77
Nik Gug­ger, Vice-président et Conseiller natio­nal : 079 385 35 35

Roman Rutz, Secré­taire géné­ral : 078 683 56 05
Dirk Mei­sel, Chargé de com­mu­ni­ca­tion : 079 193 12 70