News

Le PEV favorable à une extension mesurée du certificat Covid

Le Conseil fédé­ral n'a pas encore décidé aujourd'hui d'étendre le champ d'application du cer­ti­fi­cat Covid mais il le fera pro­chai­ne­ment s'il existe une menace de sur­charge des hôpi­taux. Pour le PEV, la prio­rité abso­lue reste d'éviter une telle sur­charge des hôpi­taux et, sur­tout, du per­son­nel soi­gnant. Une exten­sion tem­po­raire et mesu­rée du champ d'application du cer­ti­fi­cat Covid est le moyen le plus appro­prié pour évi­ter des mesures plus dras­tiques pour la société dans son ensemble.

En avril 2021 déjà, le Conseil fédé­ral avait pré­senté son plan d'ouverture, mon­trant que, à par­tir du mois d'août, des res­tric­tions ne seraient envi­sa­gées qu'en cas de sur­charge éven­tuelle des hôpi­taux et unique­ment pour les per­sonnes sans cer­ti­fi­cat Covid (ni vac­ci­nées, ni gué­ries, ni tes­tées). Mal­heu­reu­se­ment, cela pour­rait bien­tôt s'avérer néces­saire, car les uni­tés de soins inten­sifs des hôpi­taux. en par­ti­cu­lier. sont une fois de plus au bord du gouffre et des opé­ra­tions impor­tantes doivent déjà être repor­tées. Cette situa­tion est inte­nable pour le PEV :

"Il n'est pas juste que des opé­ra­tions impor­tantes sur des patients qui ne sont pas concer­nés par le Covid doivent être repor­tées à cause de patients qui ne sont pas vac­ci­nés contre le Covid.", déclare Lilian Stu­der, Pré­si­dente du PEV et Conseillère natio­nale.

Si l'obligation d'obtenir un cer­ti­fi­cat Covid est éten­due, la libre déci­sion de se faire vac­ci­ner, ou pas, est pré­ser­vée car le cer­ti­fi­cat inclut éga­le­ment les pos­si­bi­li­tés d'avoir été guéri ou testé. Cette obli­ga­tion doit tou­te­fois être intro­duite avec un sens de la mesure. Par exemple, le PEV estime que son intro­duc­tion dans le domaine des trans­ports publics (ser­vices de base) n'est pas judi­cieuse. Il se pose éga­le­ment la ques­tion pour les ser­vices reli­gieux comp­tant 30 par­ti­ci­pants ou plus. Pour les orga­ni­sa­teurs qui peuvent res­pec­ter et faire res­pec­ter l'obligation de por­ter un masque, des réduc­tions de dis­tance et des capa­ci­tés suf­fi­santes devraient conti­nuer à per­mettre la tenue de ser­vices et d'événements avec un nombre plus élevé de per­sonnes sans obli­ga­tion d'obtenir un cer­ti­fi­cat Covid. Tou­te­fois, pour les évé­ne­ments où la dis­tance inter­per­son­nelle est insuf­fi­sante ou le port du masque impos­sible (par exemple, les res­tau­rants, etc.), le cer­ti­fi­cat Covid devrait être obli­ga­toire jusqu'à ce que des signes clairs montrent que la situa­tion s'améliore. Il est éga­le­ment évident que l'extension de l'obligation du cer­ti­fi­cat Covid dépend de la capa­cité de la cam­pagne de vac­ci­na­tion à reprendre un élan suf­fi­sant. Il a été prouvé que les vac­cins offrent une très bonne pro­tec­tion contre les formes graves de la mala­die.

Le PEV n'a aucune sym­pa­thie pour le trai­te­ment laxiste des voya­geurs qui reviennent de des­ti­na­tions où l'incidence du Covid est éle­vée. Alors que des mesures effi­caces sont en place en Suisse, ces voya­geurs ont été com­plè­te­ment igno­rés par la régle­men­ta­tion et la qua­ran­taine au retour en Suisse a été aban­don­née. En conséquence, les hôpi­taux sont actuel­le­ment proches de la sur­charge, prin­ci­pa­le­ment à cause de ces vacan­ciers et non à cause des infec­tions en Suisse, qui auraient pu être évi­tées grâce au cer­ti­fi­cat Covid. Une obli­ga­tion de qua­ran­taine pour les voya­geurs non vac­ci­nés en pro­ve­nance de pays à forte inci­dence doit donc être réin­tro­duite et appliquée immé­dia­te­ment.

 

Contacts :

Lilian Stu­der, Pré­si­dente du parti et Conseillère natio­nale : 076 575 24 77
François Bach­mann, Vice-président (Roman­die) : 079 668 69 46
Roman Rutz, Secré­taire géné­ral : 078 683 56 05