News

Pour le PEV, la référence à Dieu est le fondement de notre base commune de valeurs

Le PEV Suisse s'oppose clai­re­ment et sans équi­voque à la pro­po­si­tion récem­ment sou­mise au Conseil natio­nal de sup­pri­mer la réfé­rence à « Dieu Tout-Puissant » dans le pré­am­bule de la Consti­tu­tion fédé­rale suisse. Cette réfé­rence est un signe de res­pect pour une puis­sance supé­rieure et une recon­nais­sance des limites inhé­rentes à l'homme. Elle sert de réfé­rence indis­pen­sable pour conser­ver l'identité de notre pays et la base com­mune de valeurs qui fait la cohé­sion de notre société.

Le PEV Suisse s'oppose clai­re­ment et sans équi­voque à la pro­po­si­tion sou­mise au Par­le­ment de sup­pri­mer la réfé­rence à Dieu dans le pré­am­bule de la Consti­tu­tion fédé­rale suisse. « Pla­cer l'ensemble de la Consti­tu­tion sous la pro­tec­tion du Dieu Tout-Puissant est tout sauf pré­somp­tueux. Au contraire, c'est un signe de res­pect pour une puis­sance supé­rieure et une recon­nais­sance de nos propres limites, à l'intérieur desquelles nous, les humains, essayons de construire notre coexis­tence de manière paci­fique et pour le bien de tous. », telle est la convic­tion de Marianne Streiff, Pré­si­dente du PEV Suisse. 

Un ancrage dans notre socle com­mun de valeurs

La réfé­rence à Dieu dans le pré­am­bule de la Consti­tu­tion est en même temps une confir­ma­tion indis­pen­sable des racines chré­tiennes de notre pays et donc un ancrage dans le socle com­mun de valeurs qui unit et main­tient ensemble notre société. Ce sont pré­ci­sé­ment ces valeurs sur lesquelles reposent l'humanisme et les « lumières », ainsi que les Droits de l'homme et les Droits fon­da­men­taux recon­nus dans le monde entier, et auxquels se réfèrent tous nos conci­toyens, quelle que soit leur reli­gion. « Si nous sup­pri­mons cette réfé­rence dans la Consti­tu­tion, nous don­nons le signal que nous vou­lons fina­le­ment une société sans Dieu qui se passe de ces valeurs. », déclare Marianne Streiff.

Une cam­pagne laïque insen­sée contre les reli­gions

Il est décon­cer­tant de voir qu'un par­le­men­taire veuille main­te­nant lan­cer une cam­pagne laïque contre les reli­gions en rai­son de la récente adop­tion de l'interdiction de se voi­ler le visage. La sépa­ra­tion de l'église et de l'État est lar­ge­ment éta­blie dans notre pays aujourd'hui. « L'État est tout à fait capable de garan­tir la liberté de foi et de conscience ainsi que la liberté de reli­gion dans notre pays, sans devoir pour autant renier ses propres racines. », lance avec convic­tion Marianne Streiff, Pré­si­dente du PEV.

La pola­ri­sa­tion des posi­tions rend d'autant plus néces­saire une base com­mune de valeurs

Au bout du compte, l'accusation selon laquelle quelqu'un veut éta­blir une théo­cra­tie ou un régime reli­gieux en Suisse, est abso­lu­ment absurde. C'est pré­ci­sé­ment cette polé­mique qui montre une fois de plus com­bien il est impor­tant, face à la pola­ri­sa­tion, à la dog­ma­ti­sa­tion et au blo­cage crois­sants de la société et de la vie poli­tique, de s'accrocher à cette base com­mune de valeurs que repré­sente la réfé­rence à Dieu dans la Consti­tu­tion.

Contacts :
Marianne Streiff, Pré­si­dente du parti et Conseillère natio­nale : 079 664 74 57
François Bach­mann, Vice-président (Roman­die) : 079 668 69 46
Nik Gug­ger, Vice-président et Conseiller natio­nal : 079 385 35 35
Roman Rutz, Secré­taire géné­ral : 078 683 56 05
Dirk Mei­sel, Res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion : 079 193 12 70