Menu Home

Newsartikel

News

Les Conseillers nationaux du PEV disent OUI à l'initiative sur la transparence et sur le compromis obtenu

Le Par­le­ment est sur le point de réa­li­ser une per­cée his­to­rique en matière de trans­pa­rence du finan­ce­ment poli­tique : la majo­rité du Conseil natio­nal a approuvé aujourd'hui, avec l'appui des Conseillers natio­naux du PEV, le contre-projet per­ti­nent à l'initiative sur la trans­pa­rence . Cela signi­fie que, pour la pre­mière fois, un régle­men­ta­tion sur la trans­pa­rence finan­cière poli­tique à l'échelle de la Suisse est dans la der­nière ligne droite. La pro­po­si­tion pré­voit diverses obli­ga­tions de divul­ga­tion et des méca­nismes de contrôle pour les dons aux cam­pagnes élec­to­rales et aux comi­tés d'initiatives et réfé­ren­daires. Si le projet de loi passe les votes finaux sous cette forme, l'initiative pourra être reti­rée. Le PEV sou­tient fon­da­men­ta­le­ment tant l'initiative que le com­pro­mis qui a été trouvé.

« Nous sommes heu­reux que le Par­le­ment ait pu par­ve­nir au com­pro­mis qui a été trouvé. », se réjouit Marianne Streiff, membre de la copré­si­dence de l'association qui par­raine l'initiative. Le contre-projet sti­pule que les dons aux cam­pagnes élec­to­rales et aux comi­tés d'initiative et réfé­ren­daires ne devront à l'avenir être divul­gués que s'ils dépassent 15'000 francs, même si l'initiative deman­dait un seuil de 10'000 francs. Les contrôles ne devront por­ter que sur des véri­fi­ca­tions ponc­tuelles, ce qui consti­tue un autre com­pro­mis. Mais si ces deux exi­gences cen­trales de l'initiative passent le cap du vote final sous cette forme, l'association qui par­raine l'initiative sur la trans­pa­rence a fait entre­voir la pers­pec­tive de son retrait.

« Celui qui inves­tit de l'argent s'attend à ce que ses propres inté­rêts soient mis en avant. »

« Cette trans­pa­rence pro­meut la cré­di­bi­lité de notre démo­cra­tie. Nous en sommes rede­vables à tous nos élec­teurs ainsi qu'à l'ensemble de la popu­la­tion. », dit avec convic­tion la Conseillère natio­nale PEV Marianne Streiff. Les cam­pagnes élec­to­rales et pour les vota­tions ne sont pas seule­ment une ques­tion de dons indi­vi­duels. Des asso­cia­tions, des orga­ni­sa­tions diverses et des entre­prises inves­tissent éga­le­ment des sommes consi­dé­rables. « Et toute per­sonne qui inves­tit beau­coup d'argent s'attend à ce que ses propres inté­rêts soient mis en avant. », déclare la Conseillère natio­nale Marianne Streiff. Par consé­quent, les élec­teurs ont le droit de savoir qui sou­tient qui ou quoi et avec com­bien d'argent. C'est pourquoi les Conseillers natio­naux du PEV recom­mandent d'accepter l'initiative sur la trans­pa­rence, mais ils sou­tiennent aussi plei­ne­ment la contre-proposition dès qu'elle aura fran­chi le der­nier obs­tacle du vote final.

La contre-proposition passe main­te­nant à la Confé­rence de conci­lia­tion entre les Conseils. Une der­nière diver­gence d'opinion sub­siste quant à savoir si les cam­pagnes élec­to­rales des membres du Conseil des États doivent éga­le­ment être incluses dans cette règle­men­ta­tion.

Contacts :

Marianne Streiff, Pré­si­dente du Parti et Conseillère natio­nale : 079 664 74 57
François Bach­mann, Vice-président (Roman­die) : 079 668 69 46
Roman Rutz, Secré­taire géné­ral: 078 683 56 05
Dirk Mei­sel, Res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion : 079 193 12 70