News

Le PEV dit NON à No Billag

Lors de la 2ème assem­blée extra­or­di­naire des délégué-e-s du PEV Suisse ayant eu lieu aujourd’hui à Soleure, les délégué-e-s ont clai­re­ment refusé l’initiative No Billag. Ils ont dit OUI au nou­veau régime finan­cier 2021 ainsi qu’au bud­get du parti pour 2018.

Chris­tian Rie­sen, de l’équipe cen­tral de l’initiative No-Billag a pré­senté les argu­ments des ini­tiants concer­nant l’initiative popu­laire «Oui à la sup­pres­sion des rede­vances radio et télé­vi­sion». La Pré­si­dente du PEV et Conseillère natio­nale Marianne Streiff, BE, a ensuite clai­re­ment plaidé en faveur du rejet de l’initiative.

Gifle cin­glante contre la démo­cra­tie directe

«L’initiative No BIllag est une gifle cin­glante contre la diver­sité actuelle de la radio et de la télé­vi­sion et, par consé­quent, éga­le­ment contre une infor­ma­tion indé­pen­dante incon­tour­nable dans notre démo­cra­tie directe», a exprimé très clai­re­ment Marianne Streiff. Si cette ini­tia­tive devait être accep­tée, la SSR et les 34 four­nis­seurs régio­naux de radio et télé devraient ces­ser leurs acti­vi­tés. Une com­mer­cia­li­sa­tion totale du pay­sage média­tique donn­ne­rait aux inves­tis­seurs finan­ciè­re­ment puis­sants plus de pou­voir dans le mar­ché média­tique suisse afin d’imposer leurs inté­rêts. «Nous ne pou­vons accep­ter que nos médias suisses deviennent les porte-paroles des inté­rêts les plus sol­vables et puissent être uti­li­sés abu­si­ve­ment en matière de pro­pa­gande poli­tique. Enfin, cette vota­tion com­porte la ques­tion cru­ciale de savoir à qui doit pro­fi­ter le pou­voir sur la radio et la télé­vi­sion. Ceux qui ne sou­haitent pas une «ber­lus­co­ni­sa­tion» du pay­sage média­tique suisse doivent refu­ser cette ini­tia­tive», a déclaré Marianne Streiff.

Attaque sur le ser­vice public

Aujourd’hui, cette taxe per­met d’assurer un ser­vice public médias dans les quatre langues natio­nales et toutes les régions. Si No Billag était accep­tée, la cou­ver­ture média­tique régio­nale et qua­dri­lingue dis­pa­rai­trait en grande par­tie car com­mer­cia­le­ment non lucra­tif. «L’initiative No Billag repré­sente ainsi une attaque radi­cale sur le ser­vice public qui four­nit actuel­le­ment des pres­ta­tions essen­tielles pour l’identité et la diver­sité de notre pays», a conclu Marianne Streiff.

Celui qui paie le plus, dif­fuse

De plus, l’initiative vise à sup­pri­mer l’art.93, al.2 de la Consti­tu­tion fédé­rale. Le man­dat de for­ma­tion, la garan­tie de libre for­ma­tion de l’opinion, le prin­cipe d’objectivité, le man­dat de pres­ta­tions et la prise en consi­dé­ra­tion des spé­ci­fi­ci­tés du pays et des besoins des can­tons dis­pa­rai­traient. Les licences de dif­fu­sion seraient attri­buées à ceux qui peuvent payer le plus, c’est-à-dire aux médias orien­tés unique­ment éco­no­mique­ment. Des pro­grammes de diver­tis­se­ment étran­gers, super­fi­ciels et lucra­tifs rem­pla­ce­raient les repor­tages indé­pen­dants et impar­tiaux comme les émis­sions cultu­relles, d’informations et de for­ma­tions pro­duits exclu­si­ve­ment pour la Suisse en quatre langues. «Si cette ini­tia­tive est adop­tée, tout le monde y perd: le public, la culture, le sport, le fédé­ra­lisme et notre démo­cra­tie directe», a résumé Marianne Streiff. Les délégué-e-s se sont fina­le­ment ali­gnés à l’avis de leur Pré­si­dente et ont refusé l’initiative «No Billag» par 94 voix contre 5 et 2 abs­ten­tions.

Com­bat­tante intègre au ser­vice du bien des humains

Les délégué-e-s ont pris congé par une stan­ding ova­tion de l’ancienne Conseillère natio­nale Maja Ingold, qui s’est reti­rée en sep­tembre de la scène poli­tique natio­nale. La Pré­si­dente du PEV, Marianne Streiff, a sou­li­gné l’ «enga­ge­ment extra­or­di­naire» marqué par une «connais­sance pro­fonde des dos­siers, une téna­cité intel­li­gente et une inté­grité humaine» de Ingold.

Ingold a pro­fon­dé­ment marqué de son empreinte le pro­fil du PEV. «Le PEV Suisse remer­cie Maja Ingold de tout cœur pour son tra­vail poli­tique infa­ti­gable pour le bien des per­sonnes dans notre pays et dans le monde entier», a exprimé Streiff dans son hom­mage.

Puis, les délégué-e-s ont accueilli cha­leu­reu­se­ment, pour son nou­veau man­dat, Nik Gug­ger, entre­pre­neur social de Win­ter­thur, suc­ces­seur de Maja Ingold et asser­menté au début de la ses­sion d’hiver.

Au début de l’AG, les délégué-e-s ont adopté à l'unanimité le nou­veau régime finan­cier 2021. De plus, ils ont adopté le bud­get du PEV Suisse pour 2018 et ont élu, dans le cadre d’une élec­tion com­plé­men­taire, San­dra Senn, 35 ans, Win­ter­thur, au sein du Comité de parti.

Pour tout ren­sei­gne­ment:

Marianne Streiff-Feller, Pré­si­dente et Conseillère natio­nale : 079 664 74 57 

François Bach­mann, Vice-président : 079 668 69 46

Domi­nik Währy, Secré­taire géné­ral : 079 688 05 55

Dirk Mei­sel, Chargé de com­mu­ni­ca­tion : 079 193 12 70

Pho­tos:

Marianne Streiff 

Maja Ingold 

Nik Gug­ger 

www.evppev.ch