Menu Home

Newsartikel

News

Pour des pensions sûres et contre l'abolition de l'impôt anticipé

Lors de leur assem­blée en ligne d'aujourd'hui, les délé­gués du PEV Suisse se sont pro­non­cés en faveur de la révi­sion des rentes « AVS 21 » et de leur finan­ce­ment sup­plé­men­taire par une aug­men­ta­tion de la TVA. Ils ont par ailleurs dit Non à l'abolition de l'impôt anti­cipé. Ils ont décidé de lais­ser la liberté de vote concer­nant l'initiative sur l'élevage inten­sif.

La démo­cra­tie a besoin de nos idées, de notre par­ti­ci­pa­tion et de notre prise de res­pon­sa­bi­lité, c'est-à-dire de notre contri­bu­tion inten­sive. Dans notre com­mune, dans notre région, dans notre pays. Elle implique éga­le­ment que nous défen­dions notre démo­cra­tie, nos valeurs et notre pays lorsqu'ils sont attaqués. C'est exac­te­ment ce que font les gens en Ukraine : ils défendent leur démo­cra­tie, celle de l'Europe et la nôtre ». C'est par cet appel que la Pré­si­dente du parti, Lilian Stu­der, a ouvert l'assemblée des délé­gués. Dans son dis­cours d'ouverture, elle a sou­li­gné l'importance crois­sante des valeurs éthiques pour la société et pour la poli­tique. Elle a éga­le­ment relevé le rôle fon­da­men­tal de la confé­rence sur la recons­truc­tion de l'Ukraine, qui se tien­dra début juillet à Lugano, en tant que signal d'espoir indis­pen­sable en direc­tion de la popu­la­tion ukrai­nienne qui souffre.

Pour des retraites sûres et l'équité entre les géné­ra­tions

Les délé­gués se sont pro­non­cés à une nette majo­rité pour la révi­sion des rentes « AVS 21 » ainsi que pour leur finan­ce­ment sup­plé­men­taire par une aug­men­ta­tion de la TVA. Il s'agit là de sta­bi­li­ser la situa­tion finan­cière de la plus impor­tante œuvre sociale de Suisse face à l'augmentation de l'espérance de vie et à des classes d'âge de retrai­tés de plus en plus nom­breuses. Les rentes et l'équité entre les géné­ra­tions devraient ainsi être garan­ties à l'avenir éga­le­ment.

Des mesures tran­si­toires impor­tantes pour les géné­ra­tions de tran­si­tion

De nos jours, un âge de la retraite dif­fé­rent pour les femmes et les hommes ne se jus­ti­fie plus. Les rai­sons pour lesquelles les femmes touchent des rentes de vieillesse plus faibles sont à cher­cher avant tout dans le 2e pilier et non dans l'AVS. Afin d'atténuer ces effets, neuf classes d'âge de femmes de la géné­ra­tion de tran­si­tion rece­vraient un sup­plé­ment de rente, à vie, en cas de retraite à l’âge nor­mal. Les femmes ayant des salaires plus bas rece­vraient en outre davan­tage. Grâce à la flexi­bi­li­sa­tion de l’âge de la retraite, tous ont en outre la pos­si­bi­lité de prendre leur retraite entre 63 et 70 ans.

C’est au tour des couples et des familles

Les délé­gués ont décidé à une nette majo­rité de dire NON à l'abolition de l'impôt anti­cipé. Cet impôt sert avant tout à évi­ter la fraude fis­cale. L'abolir pure­ment et sim­ple­ment sans mesures de sécu­rité fis­cale alter­na­tives est inadéquat et peut encou­ra­ger la cri­mi­na­lité fis­cale natio­nale et étran­gère. Après avoir déjà allégé la charge des entre­prises avec la RFFA et la sup­pres­sion des droits de douane indus­triels, le Conseil fédé­ral doit main­te­nant d'abord éli­mi­ner la charge sup­plé­men­taire anti­cons­ti­tu­tion­nelle des couples mariés en matière d'impôts et d'AVS, avant d'envisager d'autres allé­ge­ments pour les entre­prises.

La marge de manœuvre finan­cière de la Confé­dé­ra­tion pour cet allè­ge­ment urgent et néces­saire de la charge fis­cale des couples et des familles serait encore plus réduite après prise en compte des impôts déjà sup­pri­més et des dépenses sup­plé­men­taires en constante aug­men­ta­tion pour la lutte contre la pan­dé­mie ou pour l'armée, par exemple.

Liberté de vote sur l'initiative sur l'élevage inten­sif

Les délé­gués ont décidé la liberté de vote au sujet de l'initiative sur l'élevage inten­sif. L'élevage suisse est déjà sou­mis à l'une des lois les plus strictes en matière de pro­tec­tion des ani­maux, tel était l'argument prin­ci­pal en faveur du rejet de l'initiative. Le fait que dans l'élevage actuel les ani­maux doivent encore vivre leur exis­tence sur des sols en béton, sans pos­si­bi­lité de dis­trac­tions ni de sor­ties régu­lières, a cepen­dant plaidé en faveur de l'initiative. C'est pourquoi il faut prendre des mesures pour que tous les ani­maux de rente puissent vivre confor­mé­ment à leurs besoins. Les délé­gués ont donc fina­le­ment décidé de lais­ser la liberté de vote. 

Élec­tion com­plé­men­taire au Comité du parti

Par suite d’une démis­sion, l'ancienne dépu­tée au Grand conseil ber­nois, Bar­bara Streit-Stettler, a été élue comme repré­sen­tante du PEV du Can­ton de Berne au sein du Comité du parti.

Contacts :
Lilian Stu­der, Pré­si­dente du parti et Conseillère natio­nale : 076 575 24 77
Roman Rutz, Secré­taire géné­ral : 078 683 56 05
Dirk Mei­sel, Res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion : 079 193 12 70